Les Camps
Le Service

Tout d’ abord, il faut que nous rendions hommage à ceux qui, dès les premiers jours, ont su se mettre au service de leurs camarades d’infortune. Une énorme organisation comme celle d’un camp de prisonniers aussi vaste, improvisée en quelques jours, demande beaucoup d’encadrement.

Si les allemands assuraient la supervision, des services comme l’infirmerie, la cuisine, la poste, les ateliers
de tailleurs ou de coiffeurs, pour ne citer que ceux qui nous étaient les plus nécessaires, ne fonctionnaient que par les français, par la compagnie d’ordonnances qui était rattachée à notre camp et par tout un encadrement qui a été assuré par des officiers français, en général ceux qui parlaient allemand, ce qui permettait d’établir un contact plus facile avec nos gardiens.

Au début, les blocks étant isolés, cela multipliait par quatre le nombre de ces volontaires. Pour mémoire,
il faut citer aussi, dans chaque bloc, l’encadrement français prévu par la Convention de Genève :
l’homme de confiance - chez nous l’officier le plus ancien - et un léger état-major dont la figure principale a été l’interprète officiel. En plus de ces services "officiels", très rapidement, s’est fait sentir dans chaque block,
le besoin d’une organisation particulière chargée des rapports avec le cantinier et qui a pris le titre de C.D.O. :
Commission Des Ordinaires. Ne revenons pas sur les agissements du cantinier qui nous ont permis la soudure ; pour nous, il s’agissait d’éviter la ruée vers la cantine lorsque s’annonçait un nouvel arrivage, et de faire une répartition aussi équitable que possible de ces arrivages. Beaucoup plus tard, cette Commission Des Ordinaires a donné naissance au " Centre d’Entraide ", comme on l’a déjà vu. Pour tous ces services, des volontaires
se sont présentés. Certains sont même restés en charge jusqu’à la fin de la captivité. Quelques-uns en furent récompensés par une libération anticipée. Mais je ne pense pas que ce fut la majorité.
En tous cas, tous méritent toute notre reconnaissance.

Cliquer  </td>
    <td width= Cliquer  </td>
    <td width= Cliquer  </td>
    <td width=

Gross-Born – Oflag IID = « La soupe ».
A noter au 1er plan et de dos deux gardien
(posten) allemands.

 

Gross-Born – Oflag IID = « Les lieutenants WALLET et BARBAS (tous deux du 103ème RALA (Régiment d'Artillerie Lourde Automobile du 6ème Corps d'Armée), chambre 22/3, procèdent aux opérations de partage de pommes de terre ».

Gross-Born – Oflag IID = « La soupe ». A noter au 1er plan et de dos un gardien (posten) allemand.
Cliquer  </td>
    <td width=    
Gross-Born – Oflag IID = « La soupe ». A noter au 1er plan et de dos un gardien (posten) allemand.
   
     
Les Services généraux

Les rapports entre les prisonniers de guerre et leurs gardiens sont définis en principe par la Convention
de Genève dont l’ Allemagne et la France sont signataires, à la différence de l’URSS - ce qui explique en très grande partie la différence de régime et les atrocités dont nous avons pu être les témoins souvent révoltés.

Les nombreux ouvrages - études, thèses ou romans - consacrés à la captivité, et en particulier à notre camp, ont souvent fait état de l’interprétation, parfois très lâche, que nos gardiens ont fait de cette convention :
nous en avons déjà eu quelques exemples et nous aurons encore l’occasion d’en parler. Sur un certain nombre de points, la convention est très précise, en particulier sur le traitement des officiers prisonniers : logement, nourriture, solde, promenades etc... Or, certains de ces points ont été delibérement négligés, même lorsque
les nécessités de la guerre n’étaient pas en cause. De plus, et là, nos gardiens ne sont en cause qu’indirectement, le gouvernement français a fait une erreur que l’on peut qualifier de monumentale :
il a cru - ou en tout cas a proclamé que les allemands lui avaient fait une grande faveur en acceptant que la France soit elle-même la puissance protectrice de ses prisonniers. Nous avons ainsi été privés de la protection d’une puissance neutre qui aurait eu accès et contrôle des camps de prisonniers. Et ce ne sont pas les rares visites de membres de la mission Scapini(*) - dont on avait d’ailleurs l’impression qu’elle était totalement impuissante - qui ont pu apporter un soulagement quelconque à notre situation.

 
Cliquer  </td>
    <td width= Cliquer  </td>
    <td width=  
Tampon de censure
Pour agrandir la photo
cliquez dessus
ou sur le picto
pour l'ouvrir
dans une autre fenêtre


"Schoubinette"
Pour agrandir la photo
cliquez dessus
ou sur le picto
pour l'ouvrir
dans une autre fenêtre


 

Il a donc fallu organiser la vie matérielle de cette masse de prisonniers qui vivait dans le camp.
Disons tout de suite que -à part le service de garde et celui de la censure évidemment, ce sont les français,
sous un contrôle plus ou moins lointain des allemands, qui ont assuré les différents services du camp -
et nous allons très rapidement dire un mot de chacun de ces services. La convention de Genève prévoit que chaque camp sera placé sous l’autorité d’un homme de confiance ou d’un doyen. Chez nous, le doyen a toujours été l’officier supérieur le plus ancien dans le grade le plus élevé- ce qui a valu, par exemple au colonel Malgorn d’assurer cette fonction à plusieurs reprises, car il fut deux fois remplacé, à l’arrivée d’un colonel plus ancien venant d’un autre camp, puis libéré ou envoyé au camp de Lubeck. Dans sa thèse, l’abbé Flament nous donne la liste, très exacte, précise-t-il, des chefs Français du camp :

de juin 1940 au 12.12.1940 colonel Andrei, rapatrié, du 12.12.1940 au 22.12.1940 colonel Le Brigand , muté a Lubeck, du 22.12.1940 au 09.09.1941 colonel Gruyer, rapatrié, du 09.09.1941 au 23.02.1943 colonel Vendeur, rapatrié, du 23.02.1943 au 12.02.1944 colonel Rousseau, mort à Stargard, du 12.02.1944 au 02.06.1944 colonel Malgorn, Ier commandement, du 02.06.1944 au 22.07.1944 colonel Finiels,
muté a Lübeck, du 22.07.1944 au 29.09.1944 colonel Malgorn, 2eme commandement, du 29.09.1944
au 29.01.1945 colonel Verdier.

Dans cette liste, a été oublié le colonel de Negreval qui n’a commandé le camp que quelques jours avant
d’être envoyé a Lübeck.

Le rôle de ces chefs de camp est résumé ainsi, toujours dans la thèse de l’abbé Flament : "Ces hommes de confiance eurent à défendre, auprès des autorités allemandes, quelques 6 000 prisonniers en 1940,
près de 3 000 à partir de 1942. La tache délicate leur incomba d’obtenir de nos gardiens le plus d’avantages possible, sans platitudes. Une telle fonction réclamait de rares qualités d’énergie et de souplesse, de diplomatie et de fierté, sans arrogance. Vis à vis des français du camp, le rôle n’était probablement pas plus facile.
Position dangereuse que de se trouver ainsi entre l’arbre et l’écorce. Parfois l’égoïsme peut tenter de reprendre ses droits. Le chef français du camp est logé à part, nourri à part, avantagé, s’il y consent, pour les lettres
et les colis. Trop demander aux allemands, c’est encourir une disgrâce et renoncer à des avantages pour toute la collectivité. Trop peu réclamer, c’est faire le jeu de l’ennemi et réduire les prisonniers à une plus grande misère. L’équilibre est bien difficile à garder." (5) Pour l’aider dans cette tache ardue, le doyen devait s’appuyer sur un autre élément très important pour le bon fonctionnement du camp : l’officier interprète.
A l’Oflag IIB-IID, un seul interprète a assumé cette fonction : le lieutenant Pierre Robin dont le colonel Malgorn faisait l’ éloge en ces termes : "Le lieutenant Pierre Robin, en fonction dès le début de la captivité, et qui,
par sa connaissance de la langue et de la psychologie allemande, sa distinction naturelle, sa discrétion proverbiale, a aplani bien des difficultés et rendu aux doyens successifs et à tous les camarades les plus grands services." (6) Le camp ne pouvait survivre que s’il disposait d’un certain nombre de services qu’il serait fastidieux de décrire tous. Disons donc seulement quelques mots de ceux qui nous étaient les plus nécessaires.
Et tout d’abord, il nous faut rendre hommage à la compagnie d’hommes de troupe qui nous ont accompagnés, assurant la cuisine, la distribution des vivres, le nettoyage de nos chambres, que nous appelions nos ordonnances, car chacun avait en charge une ou plusieurs de nos chambres et donc partageaient une grande partie de notre vie. A côté de ceux-ci, il y avait quelques ateliers : les tailleurs et les coiffeurs par exemple.

Soulignons seulement la grande contribution de l’atelier des tailleurs qui normalement devaient assurer l’entretien de nos effets courants - et Dieu sait dans quel état ils étaient ! - mais aussi a été très sollicite pour
la fabrication de vêtements civils destinés a ceux de nos camarades qui se préparaient à tenter une évasion.

Les hommes préposés aux cuisines ont eu également une grande influence sur notre survie - surtout au début de notre captivité : rappelons le spectacle des affamés qui rodaient autour de la cuisine à l’affût d’épluchures généreuses - et aussi le rôle des distributeurs de notre brouet journalier, qui par le simple maniement de leurs louches enfoncées plus ou moins profondément dans la marmite, pouvaient favoriser un peu les plus handicapés d’entre nous.

II y a eu aussi un autre service dont l’action a été très importante dans le camp : c’est le service de la poste.
En principe, pour la distribution des colis individuels, chaque colis devait être ouvert, examiné et fouillé
par un soldat allemand, en présence de son destinataire. Mais toute la manipulation des colis était faite par
des français, sous l’autorité d’un officier. Quelques colis, repèrés à l’avance, contenaient des éléments
qu’il était souhaitable de ne pas soumettre à l’examen des allemands - censeurs - Combien de pièces
de rechange pour les appareils radio, de faux papiers d’identité, ou de marks ont pu échapper à la fouille
grâce à la complicité des hommes du service de la poste !

Il faut aussi parler d’un des services les plus indispensables du camp : le service sanitaire et l’infirmerie.
Un grand nombre de médecins ont été fait prisonniers avec leurs unités. Ils ont été amenés dans les camps,
où, après les formalités d’immatriculation, reconnus comme "sanitaires", ils devaient être rapatriés conformément à la convention de Genève. Au début de juillet 1940, il y avait à l’Oflag IID, 65 médecins, pharmaciens et dentistes. Leur départ avait été annoncé dès le 6 juillet, mais leur libération s’est souvent longuement fait attendre. Il n’est resté, en charge de l’infirmerie, que trois ou quatre médecins et un seul dentiste qui n’ont été relevés, pour certains, qu’en 1944. Voici un extrait du rapport du colonel Malgorn
à leur sujet :
"Le service de santé était assuré par des médecins français actifs et compétents (médecin capitaine Tartarin, médecin-lieutenant Duboc, remplacés au cours de l’année 1944 par des médecins releveurs). Un dentiste et, en dernier lieu, un pharmacien venu de France complétaient le personnel sanitaire traitant. Les infirmiers, au nombre d’une dizaine, aidaient les médecins. Je suis sûr d’être l’interprète de tous les malades ayant séjourné à l’infirmerie du camp en rendant hommage à la bonne volonté et au dévouement des infirmiers français. Certains d’entre eux ont été au-dessus de tout éloge." (7) Le rôle de nos médecins a été assez difficile
à tenir ; ils étaient sous l’autorité de médecins allemands dont les visites au camp étaient aussi rares qu’imprévisibles. Les médicaments les plus nécessaires manquaient. Et lorsqu’il était question de rapatrier
les malades, les autorités allemandes mettaient la plus mauvaise volonté. Tous les prétextes étaient bons
pour retarder ces rapatriements, en particulier, au moment des "sanctions Giraud". (*)