Evasions

Les Alertes et les Appels

Alerte du tunnel découvert au-dessus du nôtre
Alerte des planches des bas de baraques
Fouilles et appels fréquents

ALERTE DU TUNNEL DECOUVERT AU-DESSUS DU NOTRE

Le travail dût être interrompu à plusieurs reprises, à cause de dangers de découverte. Dans les périodes critiques, nous préférions tout arrêter, fermer hermétiquement la trappe et mener une vie normale.

Il y eût notamment une alerte sérieuse courant Janvier, alors que nous étions dans les 60 mètres.
Quelques camarades excités du camp décidèrent de faire un tunnel rapide sous la couche de terre glacée
(donc inutile de boiser avec des planches) en partant de la petite baraque-hangar, située entre les barbelés,
et déboucher dans le fossé anti-tunnel des allemands. De là, avec des cisailles, les évadés devaient franchir
le deuxième réseau de barbelés, mais sous les feux des projecteurs et dans les champs de tir des miradors.
L’affaire devait être menée rapidement, en 15 jours, et se passait donc juste au-dessus de nos travaux. Contrairement à notre entreprise, le secret était éventé et tout le camp en parlait d’autant plus que pour aller travailler dans ce tube, il fallait forcer la porte de la baraque-hangar dans l’obscurité, il fallait creuser
et entamer le tunnel ; évidemment, ces allées et venues par l’extérieur devaient bien vite être repérées ;
d’autre part, nos camarades commirent l’imprudence de travailler la nuit et, s’attaquant surtout à la couche de terre glacée, faisaient grand bruit. Au bout de cinq mètres, une certaine nuit, une ronde d’allemands
ayant déjà repéré la baraque en question et y entendant du bruit, cueillirent dans leurs trous les trois candidats à l’évasion. Cette entreprise téméraire qui ne devait aboutir à rien, nous gêna un certain temps,
car les allemands surveillèrent tout spécialement ce coin du camp et installèrent des micros un peu partout sous les barbelés à fleur de terre pour desceller les bruits suspects de taupes.

Nous fûmes alors obligés d’interrompre nos travaux pendant une bonne quinzaine pour attendre que l’affaire
se tasse. Il est certain que si les camarades en question avaient eu connaissance au préalable de nos travaux,
il n’auraient pas entrepris leur tunnel juste au-dessus du nôtre, ce qui prouvait que notre secret n’était pas encore violé.

 

ALERTE DES BAS DE BARAQUES

Il fallut pas mal de temps aux allemands pour découvrir que les dessous de baraque étaient utilisés par
les candidats à l’évasion comme cachettes ; heureusement pour nous, ils étaient assez lents et lourds
de compréhension ! Un beau jour cependant, ils s’aperçurent du stratagème enfantin et pour l’empêcher décidèrent d’enlever les planches qui entouraient les dessous des baraques ; en effet, celles-ci étant bâties
sur pilotis, à ras le sol, étaient entourées de planches dans le bas pour cacher les poteaux de soutien.
Ces planches, une fois enlevées, le dessous est mis à nu et on peut facilement se rendre compte
de ce qui s’y passe, surtout que nos gardiens poussèrent l’astuce à y faire ramper régulièrement un des leurs, armé d’une pique pour fouiller le sous-sol.

Inutile de dire que lorsque mi-février les boches entreprirent ce travail en commençant par le bloc III,
une grande inquiétude nous saisit et nous crûmes vraiment notre entreprise terminée dans l’échec. En effet, nos dessous de baraque étaient comblés de sables et les allemands y verraient de suite une entreprise louche. Nous en étions d’autant plus déçus que nous étions aux environs des cent mètres.

Que faire, sinon attendre patiemment le résultat des boches, en interrompant bien entendu notre travail. Heureusement pour nous, les deux baraques dont nous comblions les dessous étaient extrêmement basses
et nous savions fort bien par expérience qu’un « fouille-m… » (c’était le nom que nous donnions aux allemands qui cherchaient sous les baraques à l’aide d’une pique) ne pouvait s’y glisser, même en rampant.
Ainsi donc, la raison qui avait failli au tout début nous faire renoncer à l’entreprise, fut celle qui nous sauva par la suite ; en effet, lorsque les boches arrivèrent pour démolir le bas de notre baraque et celle au-dessus,
ils se contentèrent d’enlever les planches sans essayer de passer dessous. Bien entendu, nous avions pris la sage précaution d’y passer avant et de reculer des bords extérieurs les déblais de sorte que du dehors,
les boches n’y virent rien, mais nous eûmes bien chaud ! Ce fut d’ailleurs une leçon de plus qui nous incita
à activer au maximum notre travail, afin d’être prêts à sortir à la moindre alerte.

 

FOUILLES ET APPELS FREQUENTS

Enfin, ce qui retarda l’avance de nos travaux, ce furent les appels et les fouilles fréquentes que les allemands provoquaient inopinément.

Deux ou trois fois par jour : « appel » sifflé dans le camp, un quart d’heure avant le rassemblement. Il fallait donc, dès le sifflet d’appel, prévenir par signaux lumineux le fond du trou et, pour ceux qui s’y trouvaient, revenir au plus vite, rampant dans ce tunnel, souvent à reculons, car impossible de s’y retourner.
Arrivés sous la trappe, il fallait se déshabiller rapidement, se brosser et apparaître au grand jour ;
mais, ces appels et les coupures fréquentes de courant nous faisaient perdre un temps des plus précieux.

Quant aux fouilles, elles étaient des plus dangereuses, nous étions presque tous des repris de justice,
donc une chambre particulièrement visée et périodiquement « Trompe la mort » (l’officier de l’Abwehr
qui devait d’ailleurs être à l’origine du meurtre de Rabin), « la Fouine » (son interprète) et quatre ou cinq censeurs arrivaient pour mettre la chambre sans dessus-dessous, cherchant cachets et vêtements civils ;
inutile de dire qu’ils n’ont jamais rien pris, notre tunnel étant la cachette la plus sûre.
Ce n’était cependant pas avec le sourire que nous les voyions arriver et s’installer sur notre trappe, alors que certains camarades travaillaient dessous. Il m’est arrivé de rester ainsi sous le plancher, alors qu’au-dessus nous entendions les boches tout mettre à sac ; impression curieuse, mais qui n’était pas recherchée !

D’ailleurs à la moindre alerte de fouille ou de visite d’étrangers à la chambre, notre phono était branché constamment sur le grand air de la « Déesse » des Pêcheurs de Perles et il tournait aussitôt,
avertissant ainsi ceux du tunnel de ne plus bouger.

Notre vie de taupes s’organisait, remplie parfois d’émotions mais surtout d’espoir, car nous avions une foi terrible dans notre réussite. Combien de fois il nous est arrivé de plaindre sincèrement nos camarades de camps, qui à notre avis devaient rester encore de longues années derrière les barbelés, alors que nous, nous étions certains de partir d’ici peu de temps et d’aller faire nos Pâques en France. Cet espoir nous soutint terriblement, car il y avait des journées où le dur travail que nous nous étions imposé, nous brisait littéralement,
surtout lorsqu’ après des heures de pénibles sous-sol, nous remontions devant une gamelle quasi-vide.

L’amitié de l’équipe fut aussi un de nos plus sérieux supports, car lorsque l’un de nous flanchait,
les autres étaient là pour le remonter et nous nous sentions solidaires de cette œuvre commune ;
ce fut vraiment le sable du tunnel qui cimenta l’amitié de l’Equipe.