Introduction

Ce site a été créé pour expliquer ce que fût la captivité desOfficiers français dans l'un des nombreux Oflags répartis à travers toute l'Allemagne, après le désastre de 1940.Ce sujet est très peu et très rarement évoqué mais il ne faut pas oublier qu'en 1940 ce sont 1 800 000 combattants français, Officiers, Sous-Officiers et Soldats qui ont été fait prisonniers.
Ils sont les victimes oubliées de l'histoire et de la mauvaise préparation à la guerre réalisée par des chefs qui favorisaient la guerre de position contre la guerre de mouvement, en refusant d'écouter des voix, comme celle du Général de GAULLE, qui prédisaient la défaite si la tactique ne changeait pas !

Ces hommes ont été submergés par la « force mécanique » mais ils se sont battus courageusement avec les moyens qui étaient les leurs et personne n'a le droit d'oublier que l'armée française a compté 100 000 tués dans ses rangs entre le 10 mai 1940 et l'armistice. Ce chiffre terrible montre que contrairement à ce qui est parfois raconté, nos troupes ont résisté avec courage devant un adversaire beaucoup mieux équipé et organisé. A l'heure où les derniers témoins, très âgés, nous quittent, il a semblé utile de laisser à la postérité un témoignage sur la manière dont ces hommes se sont organisé, malgré un dénuement extrême, pour vivre dans la dignité face à leurs gardiens et pour montrer que malgré la défaite, ils gardaient l'amour de leur pays.

Ces deux Oflags ayant été occupés par des Officiers Français et Polonais, il était légitime de présenter ce site en français et en polonais. La traduction et la rédaction en polonais ont été réalisées en grande partie par Mademoiselle Maja SOBOLEWICZ, francophone, et par Madame Magdalena KRUK-KOSCINSKA qui travaille au musée national polonais des prisonniers de guerre d'Opole.
Dans l'avenir il est envisagé de mettre en ligne l'ensemble des textes du site en anglais.Le site de ce Musée Polonais des Prisonniers de guerre situé dans la ville d'OPOLE est consultable grâce au lien existant dans la rubrique « Liens » de notre site.

Les fondateurs du centre d'entraide

" Les prisonniers de l'Oflag XXIB de Schubin sont arrivés à l'Oflag IIB d'Arnswalde vers la fin de l'année 1943, lorsque cet Oflag a été fermé car les allemands ayant besoin de troupes, les gardiens de cet Oflag auraient alors été envoyés sur le front. L'Amicale de l'Oflag IID-IIB est donc, depuis la fin de la 2ème guerre mondiale, également l'Amicale de l'Oflag XXIB ".


AVIS :
Chaque document publié dans ce site, photo, dessin, peinture, etc..., est surligné de la phrase "Propriété de l'Amicale". Cela ne veut pas dire que l'original du document appartient à l'Amicale, mais cela veut seulement dire que la mise en ligne du document est surligné de cette phrase pour prévenir tous visiteurs qu'il est interdit de prendre ce document pour l'utiliser de quelque façon que ce soit. Chacun des documents mis en ligne ne l'a été que parce que le propriétaire nous en a, au préalable, donné l'autorisation.